C’est quoi la thyroïdite de Hashimoto et ses symptômes

Dans cet article, nous allons voir ce qu’est la thyroïdite d’Hashimoto ou syndrome d’Hashimoto, les symptômes typiques associés et comment savoir si on en souffre.

Nous avons vu dans un autre article ce qu’est l’hypothyroïdie. Aujourd’hui, nous allons voir un autre dysfonctionnement qui est fréquemment associé : la thyroïdite de Hashimoto

C’est quoi la thyroïdite de Hashimoto?

La thyroïdite d’Hashimoto est une maladie auto-immune qui touche la thyroïde. Quand un terme médical se termine par « ite » comme dans thyroïdite, cela fait souvent référence à une inflammation. Un exemple est une « rhinite » qui correspond à une inflammation des muqueuses de la cavité nasale, à l’intérieur des narines. Littéralement thyroïdite signifie donc une inflammation de la thyroïde.

C’est un médecin japonais, le Dr. Hakaru Hashimoto (1881-1934) qui a découvert cette maladie. En effet, il est parti faire des études d’anatomo-pathologie au côté du Professeur Eduard Kaufmann à l’université de Göttingen en Allemagne. Durant ses études, il a eu l’opportunité d’analyser finement plusieurs glandes thyroïdes enlevées à des femmes à cause d’un goître. Il a été ainsi le premier à publier un article sur cette maladie en 1912. C’est pourquoi cette thyroïdite porte son nom.

Pour vous donner une définition plus complète, je vais vous en partager une que j’aime bien :

La thyroïdite d’Hashimoto est un état pathologique dans lequel le système immunitaire d’un organisme attaque le propre tissu sain de la glande thyroïde, provoquant une inflammation et une dégradation de la glande thyroïde. Ce qui entraîne son altération et une baisse de la production d’hormones thyroïdiennes telles que les T4 et T3.

Pour simplifier et être sûre que ça soit clair pour vous. Le système immunitaire de votre corps se dérègle et produit en masse des anticorps qui au lieu de vous défendre – normalement c’est leur rôle – ciblent un de ses organes : la thyroïde. Ça entraine du coup une inflammation de la thyroïde qui se détruit à petits feux, au fil du temps. C’est pourquoi elle produit de moins en moins d’hormones thyroïdiennes jusqu’à n’en plus produire du tout au bout d’un moment.

Comment savoir si vous avez Hashimoto ?

Ces anticorps que le corps produit en masse, sont appelés antithyroïdiens car ils sont dirigés contre la thyroïde. Il y en a 2 qui sont typiques d’Hashimoto :

  1. Les anticorps antithyroperoxydase ou anticorps anti-TPO qui ciblent la Thyroperoxydase. Cette enzyme, qu’on appelle aussi peroxydase thyroïdienne, est indispensable pour que la thyroïde produise ses hormones

 

  1. Les anticorps anti-Thyroglobuline (anti-Tg) qui ciblent la thyroglobuline. Cette protéine dont la production est contrôlée par la TSH est indispensable aussi pour la fabrication des hormones T4 et T3 par les thyréocytes. On ne trouve cette protéine que dans la thyroïde quand elle fonctionne bien.

Aussi, pour diagnostiquer une thyroïdite d’Hashimoto, la méthode la plus courante est de réaliser une analyse sanguine pour mesurer le taux de ces 2 types d’anticorps. Ne chercher qu’un seul type n’est parfois pas suffisant car il arrive qu’un seul des deux dépasse les normes. Il arrive même parfois que les deux soient dans les normes pour une personne mais qu’elle soit quand même atteint d’Hashimoto. Il faut donc se fier aux symptômes et pousser les examens plus loin.

Par exemple, je conseille de réaliser également une échographie de la thyroïde pour vérifier : – sa taille (elle peut grossir pour tenter de fabriquer plus d’hormones et former un goître ou au contraire s’atrophier à la longue)

– sa structure

– la présence de nodules

Quelles sont les symptômes de la thyroïdite de Hashimoto ?

Ça dépend des gens.

En général, les symptômes sont ceux de l’hypothyroïdie : fatigue intense, frilosité, rythme cardiaque lent, prise de poids, chutes de cheveux, peau sèche… J’en ai parlé dans une autre vidéo.

Cependant, certaines personnes vont d’abord être en hyperthyroïdie avec un taux trop élevé d’hormones thyroïdiennes dans le sang. C’est ce qu’on appelle l’Hashitoxicose.

Cela arrive parce que l’inflammation de la thyroïde a tendance à abîmer les thyréocytes, les cellules qui fabriquent les hormones thyroïdiennes. Ce qui entraîne une libération dans le sang des hormones thyroïdiennes qui sont normalement stockées à l’intérieur des follicules thyroïdiens.

Cette hyperthyroïdie est transitoire ou parfois revient par moment. Car ce relargage intempestif d’hormones se fait par à coup. C’est pour cela que certaines personnes font le yoyo entre hyperthyroïdie et hypothyroïdie pendant quelques années. Mais à la fin, elles finissent toutes en hypothyroïdie quand la thyroïde est trop abîmée ou atrophiée.

 

Est-ce que la thyroïdite de Hashimoto est la principale cause de l’hypothyroïdie ?

La plupart des gens disent que la thyroïdite de Hashimoto est la cause n° 1 de l’hypothyroïdie.

Eh bien, moi je ne suis pas vraiment d’accord avec cette idée.

Pour moi, il n’y a pas qu’une seule cause, qu’un seul paramètre qui déclenche une hypothyroïdie. C’est mal connaître le corps humain ou c’est sous-estimer sa complexité.

En tant que thérapeute holistique, je considère toujours un trouble dans sa globalité. Toutes les cellules, tissus ou organes de notre corps sont interconnectés. Tout est lié. La santé de votre thyroïde est liée à la santé de votre système immunitaire ; qui est lié à la santé de vos intestins ; qui est liée à la santé d’autres organes de votre système digestif ; qui est lié à la santé de votre peau, vos cheveux, etc…

La première chose que j’ai appris quand je me suis intéressée aux médecines naturelles, c’est qu’il faut analyser le corps dans sa globalité. Une pathologie est souvent associée à une ou plusieurs autres pathologies. Il faut toutes les identifier pour toutes les traiter afin d’espérer une rémission durable. Sinon c’est un cercle vicieux sans fin.

L’hypothyroïdie ne déroge pas à cette règle et est souvent accompagnées d’autres troubles.

Donc oui, une thyroïdite de Hashimoto est souvent associée à une hypothyroïdie mais c’est rarement l’unique cause. C’est pour cela que je ne suis pas d’accord avec ce dogme qui dit que c’est la cause n°1.

 

 Pourquoi c’est important de savoir si vous avez Hashimoto ?

Malheureusement, encore aujourd’hui peu de médecins pensent à vérifier le taux des anticorps antithyroïdiens. J’ai même consulté une endocrinologue qui a refusé de le faire car elle trouvait cela inutile.

Certains ne jurent que par la TSH, d’autres vont un peu plus loin en dosant la T4, l’hormone inactive. Or, d’autres analyses sont essentielles pour vraiment avoir une vision globale de la santé de votre thyroïde, et surtout trouver les causes de son dysfonctionnement.

La majorité des médecins ne sont pas assez formés en ce qui concerne la thyroïde. Ils ont l’impression parfois que ça ne sert à rien de savoir si votre hypothyroïdie ou autres troubles est associée ou pas à une maladie auto-immune comme Hashimoto. C’est en partie parce qu’ils donnent le même traitement dans les 2 cas : un médicament basique à base de T4 seul.

Sauf que le fait d’avoir une thyroïdite de Hashimoto doit influencer les actions à mettre en place pour rééquilibrer votre thyroïde. Il faut chercher ce qui provoque le dérèglement de votre système immunitaire pour réduire au maximum le niveau de vos anticorps anti-thyroïdiens. Ce n’est que de cette manière, que vous pourrez aussi réduire les symptômes.

De plus, si vous laissez cette maladie auto-immune évoluer, les conséquences peuvent être encore plus grave :

– votre thyroïde peut finir par s’atrophier à un point qu’elle sera quasiment inexistante et ne produira plus aucune hormone.

– votre thyroïde peut à l’inverse et former un goitre tellement important qu’il peut entraver par exemple votre respiration ou votre déglutition

– des nodules peuvent se former et devenir problématiques

Dans les 2 derniers cas, les médecins n’auront peut-être pas d’autres options que de vous enlever la thyroïde.

Et dans tous les cas, vous finirez par être condamnée à prendre des médicaments à vie car les hormones thyroïdiennes sont vitales ;

Cela peut être évité si vous traitez à temps les troubles de votre thyroïde à la source !

Et vous, est-ce qu’on vous a diagnostiqué le syndrome de Hashimoto ? N’hésitez pas à me l’indiquer dans les commentaires. Idem, si vous avez des questions.

Si cette vidéo vous a plus et que vous souhaitez en savoir plus sur la thyroïde et comment faire pour la rééquilibrer pour retrouver la ligne, la pêche et la santé, rejoignez la communauté des HappyLifeStylers en cliquant ici. Vous recevrez ainsi un petit cadeau de bienvenu.

 

Et n’oubliez pas, la meilleure personne pour prendre soin de votre thyroïde, c’est vous !!

A bientôt 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *